mouches.org

site d'un pêcheur à la mouche



Technique, trucs et astuces

Astuces et bons conseils pour la mouche

par Yves GREGOIRE


  La pêche à la mouche est un vaste puzzle dont il faut savoir ajuster les pièces pour toucher du poisson : technique, montage, stratégie, conditions climatiques, tactique sont autant de facteurs dont il faut tenir compte pour réussir sa partie de pêche. Une réussite liée à d'infimes détails qui font la différence entre pêche et bredouille. Pour vous en convaincre, voici quelques ficelles et conseils judicieux pour être encore plus performant au bord de l'eau.


JE PREPARE MA PARTIE DE PECHE

Vêtements et accessoires
L'habillement du moucheur est essentiel. Pratique, il doit être sobre mais fonctionnel. A éviter : les gilets de pêche dont la quincaillerie trop clinquante (boutons-service nickelés chargés de pince hémostatique, de ciseaux.) réfléchira les feux du soleil sur la surface, alertant les truites postées.




Les lunettes polarisantes, indispensables pour explorer la rivière se compléteront d'une casquette à large penne arrondie qui empêchera le jour de s'insérer entre la monture et le couvre-chef.






Pour la fixation de l'épuisette-raquette, optez pour l'aimant fixé au dos de la veste de pêche : très pratique, l'épuisette placée à cet endroit n'entrave en rien les lancers et peut être saisie dans l'instant.












Waders ou cuissardes ? Quel que soit votre choix, enfilez sur vos chaussettes en laine une paire de chaussettes en « nounours » (polyester), ces dernières absorberont l'excès de transpiration sans humidifier les bottes.
Si l'eau est profonde, pensez à serrer une ceinture autour de la taille de vos waders : en cas de bain forcé, cela empêchera l'eau de s'y engouffrer.

En été, la lumière et la chaleur favorisent le développement des mousses sur les gros galets, les rendant glissants. Utilisez des semelles en feutre épais en y vissant éventuellement quelques pointes en tungstène.

Progresser dans la rivière
Pour traverser la rivière, aidez-vous d'un bâton de wading repliable ou d'une solide branche taillée à l'Opinel. Remontez toujours le courant trois-quarts amont, en biais, et progressez latéralement, offrant ainsi une surface minimale à la pression du courant. Ne déplacez un pied que si vous avez trouvé une prise sûre pour l'autre. Si nécessaire, alourdissez-vous en plaçant une pierre plate sous votre ceinture.


Matériel de base
Commencez votre partie de pêche en tendant la soie sur toute sa longueur, elle retrouvera sa souplesse, sa forme et vous permettra de lancer droit et donc plus précis.
Astuce de rangement : l'extrémité de la soie se perd souvent dans les spires de la bobine. A la fin de la journée, passez-la au travers de la joue de la bobine et coincez-la dans un bouton-pression du type fermeture d'anorak.

Conseil : choisissez un moulinet à mouche du type Large Arbor (= grand arbre, axe). Ce modèle assure un séchage rapide de la soie, limite son usure et son vieillissement, évite le chevauchement des spires, le coinçage de la soie, facilite les tirées et amortit les shoots au lancer.



Pour faire flotter vos mouches, utilisez un gel plutôt qu'un spray. Ce gel évitera les auréoles en surface et vous permettra de ne graisser qu'une partie de la mouche sèche, ce qui la transformera instantanément en émergente.

Pour sécher efficacement vos mouches, emplissez une boîte de film d'hydrofuge (gel de silicate présent dans les conditionnements d'appareils photo), placez-y les mouches, fermez le couvercle, secouez. l'affaire est faite !

Les heures du coup du soir sont précieuses : il est inutile de perdre son temps à chipoter. Préparez vos mouches préférées en les enfilant sur un passe-fil, un truc qui vous permettra de nouer vos mouches dans la quasi-obscurité. Certaines boîtes à mouches sont commercialisées avec ces fixations passe-fil.




J'AMELIORE MES MOUCHES

Deux astuces de montage
Le « boobie » est un streamer meurtrier dans tous les sens du terme car les truites l'engament souvent trop profondément. Pour éviter ce problème, enfilez au travers de l'élément flottant composant cette mouche (mousse, bille de polystyrène), un brin (3 cm) de fort nylon 60/100 qui l'empêchera d'être avalée au-delà de l'osophage.



Les streamers imitant le chabot se doivent d'être lestés de manière à bien reposer sur le fond. Au montage, fixez les yeux (diabolos en plomb) sous la hampe de l'hameçon au premier tiers du corps, de cette manière, cette mouche nagera plus naturellement au ras du relief, comme le fait un chabot.





JE PECHE EN NYMPHE, A L'INDICATEUR

Cette technique qui fait de plus en plus d'adeptes permet de toucher du beau poisson sur toute la saison. L'indicateur joue un rôle fondamental dans l'enregistrement de la touche : vous choisirez entre les rigolettos (mini-flotteurs fluo issus du toc) et les boulettes de pâte rose ou jaune Orvis (pétries sur le bas de ligne), deux choix classiques. Mais d'autres solutions, plus astucieuses, existent : ainsi, en ligaturant un brin de nylon jaune fluo torsadé ou vrillé sur le bas de ligne (à l'aide d'un cure-dents), vous obtiendrez un point de repère beaucoup plus discret, offrant moins de résistance à l'enfoncement. Autre ruse : remplacez l'indicateur par un sedge en cervidé - très flottant - enfilé sur le bas de ligne et coincé entre deux butées en PVC. Un sedge qui draguera en surface non sans rappeler une mouche de pierre en détresse : cet indicateur sauvera souvent la partie de pêche.

Au niveau du bas de ligne, renforcez tous les nouds à la colle cyanoacrylate. Faites de même pour la chaussette qui assure la liaison avec la soie. Tous ces nouds constituent des points faibles.

Question montage, essayez le tandem nymphes décollé, monté à l'inverse de ce qui se fait d'habitude. Ici, la nymphe non lestée est nouée en pointe et la nymphe casquée d'une bille en laiton fixée sur une courte potence. La mouche légère évolue beaucoup plus naturellement tout en demeurant à proximité du fond : très efficace pour l'ombre.


JE PECHE LE BROCHET EN FLOAT-TUBE. A DEUX CANNES

La meilleure façon d'appréhender le brochet à la mouche ? Une canne active entre vos mains et l'autre, dormante, fixée sur le boudin de votre esquif. Montage de cette dernière : à l'extrémité d'une soie S7 super-plongeante fixez à un court bas de ligne (80 cm de nylon 50/100) prolongé par une crinelle qui protégera le montage des dents du brochet. Choisissez un méga-streamer flottant articulé dont la partie antérieure sera en poils de cervidé et la queue en autruche, marabout ou lapin (montage sur hameçon 6/0, tige extra-longue). Le montage immergé vous accompagnera dans vos déplacements et dérives ; tout mouvement animera le streamer qui, à chaque rappel, remontera vers la surface et, à chaque arrêt, piquera vers le fond. une nage lente, intrigante, qui fera craquer le brochet le plus méfiant.





JE M'ADAPTE : STRATEGIES ET RUSES

Déterminer ce que le poisson mange ce jour-là est essentiel à la mouche. Vous pourrez ainsi lui présenter une parfaite imitation de son plat préféré. Vous ne perdrez jamais votre temps en retournant les pierres du fond, les branches immergées, en quête des bestioles qui nourrissent les habitants de la rivière. A défaut, videz votre première capture et examinez le contenu de son estomac. Il existe aussi des pompes stomacales prévues à cet effet.

Autre priorité : découvrir au plus tôt les veines porteuses du courant car c'est sans nul doute là que vous délogerez les poissons les plus actifs. Jetez à l'eau une poignée d'herbe ou d'aiguilles de pin, leur dérive dessinera aussitôt votre plan d'attaque.

N'hésitez pas à secouer quelques branches surplombant la rivière : un amorçage gratuit, un semblant d'éclosion d'insectes qui mettront vos adversaires en appétit.

Mouche noyée

Respectez scrupuleusement quelques règles de base incontournables : variez les couleurs des trois mouches du train pour déterminer rapidement le coloris du jour. Insistez aussi en fin de dérive : la nage des noyées s'accélère à cet instant, poussant une truite suiveuse à s'en emparer. Sinon, poursuivez la récupération par de courtes tirées jusqu'à vos bottes.


Si votre bas de ligne flotte trop haut, brille excessivement, dégraissez-le en passant le fil dans une touffe d'herbe et ternissez-le en utilisant de la boue ou encore de la cendre de cigarette.





Mouche sèche

En soirée, vous observerez des éclosions de trichoptères ; ces insectes essaient de regagner aussitôt la berge en remontant le courant. Faites patiner à la surface votre sedge en cervidé, vous imiterez alors à la perfection leur nage hésitante.

Nymphe

Evitez tout ventre de la soie. Sous la pression du courant, les nymphes draguent, quittent le fond, le montage s'accélère, devient suspect aux yeux de l'adversaire. Rabattez régulièrement votre soie vers l'amont d'un revers de poignet. Ce « Mending » ralentira la dérive des mouches et permettra au tandem de repiquer vers le fond.


JE CIBLE UN POISSON REPERE : TACTIQUE D'APPROCHE

Poissons blancs en nymphe

Lorsque les chevesnes, barbeaux et hotus, installés dans les couloirs des herbiers, se nourrissent activement, ils « blanchissent » dans les courants. Aisés à repérer, ils ne s'effarouchent pas de votre présence si vous les approchez discrètement. Prospectez la veine d'eau à l'aide d'un tandem de nymphes : c'est la régularité du passage de vos mouches qui déclenchera leur attaque. Les coulées répétées évoqueront pour eux une éclosion à laquelle ils ne résisteront pas.

Lancer arbalète

Vous avez repéré un chevesne en goguette ? Attaquez-le par derrière. Un lancer arbalète et votre mouche sèche atteindra la surface à hauteur de sa queue, ce qui le fera immédiatement se retourner. Habitué à l'impact des insectes terrestres sur l'eau, il gobera votre mouche par atavisme, sans y regarder de plus près.

Tunnel de verdure

Comment toucher un poisson posté sous un couvert de branchages ? Rien de plus simple, installez-vous en amont et laissez dériver en surface, vers les branches, un Muddler-Minnow en cervidé (streamer très flottant imitant un vairon). Une fois le streamer arrivé à destination, bloquez la soie, la pression du courant le plaquera au plus près de la berge et vous pourrez entamer son animation.

Perche et black-bass sous les nénuphars

Les pêcheurs en réservoir savent que les truites élevées aux granulés réagissent au bruit d'un tandem de nymphes touchant la surface : un moyen épatant pour les faire bouger. Les carnassiers à l'affût sous les feuilles des nénuphars ont la même réaction : un streamer qui claque bruyamment en surface n'est pas sans leur rappeler le bruit de la grenouille qui plonge. Cela réveille le poisson, l'agression est immédiate.