mouches.org

site d'un pêcheur à la mouche



Techniques de pêche

LE HOTU A LA ROULETTE

par Yves GREGOIRE


  La " roulette " est une nymphe lourdement lestée par une bille chromée ou dorée (N°4 ou 5). Des modèles très simples, constitués d'un corps en laine absorbant l'eau, évoquent l'état larvaire de pas mal d'animalcules subaquatiques. D'autres modèles, plus ciblés comme celui imitant la "petite bête", larve de la mouche de mai ou encore le « porte-bois », larve de la mouche de pierre, conviendront aux parcours où ces proies constituent l'essentiel de l'alimentation des poissons.
Un fouisseur de fond comme le hotu ne pourra être tenté à la nymphe qu'à la condition de présenter ce leurre à leur hauteur, c'est-à-dire à proximité du fond. N'hésitez pas à alourdir vos nymphes et à les rendre perméables à l'eau. Les modèles les plus classiques de nymphes sont montés sur hameçon N°12 à 14 pour le hotu. Leurs teintes de base : noir, vert tendre, brun clair.


AVEC QUEL MATERIEL ?

Pour maintenir un contact avec la nymphe et assurer le ferrage au moindre toc, choisissez une canne à mouche de 10 pieds pour soie 6, d'action de pointe et disposant d'une réserve de puissance suffisante pour combattre un rude adversaire comme le hotu. Une soie flottante WF 6 complétera l'équipement.
La technique de la nymphe exige l'emploi d'une queue de rat très longue pour que le moucheur ait toujours du nylon sous le doigt au cours de l'animation (la perception de la touche en est améliorée). Comptez une longueur équivalente à deux fois celle de la canne. Montez votre leader à l'aide de nylon souple mais peu élastique. Pour la pointe, ne descendez pas en-dessous du 14-16/100 (fluorocarbone) pour résister aux démarrages d'un hotu combatif. Fixez sur votre queue de rat un indicateur fluo (Rigoletto) qui vous aidera à localiser votre montage, à évaluer la profondeur de nage de la nymphe et à enregistrer l'engamage.

PECHER OUI, MAIS DANS QUELLES CONDITIONS ?

Les moments les plus favorables à cette technique se situent en mai et juin. A l'issue du frai, vous pourrez tomber sur des concentrations de hotus affamés par l’effort de reproduction. Trouver des poissons en nombre suffisant et groupés est une condition au succès de ce mode de pêche. Un second facteur favorable est d'avoir des eaux claires, peu profondes pour pouvoir, chaussé de lunettes polarisantes, observer les réactions du poisson au passage de la nymphe. Troisième exigence : de la lumière. Les rayons du soleil activent les hotus et vous permettent de repérer leurs déplacements par leur ombre portée sur le fond.


STRATEGIE D’APPROCHE

Pêcher efficacement à la nymphe vous impose d’attaquer vos adversaires de l'aval vers l'amont. Tout d'abord pour présenter le plus discrètement votre leurre à leur niveau mais aussi pour percer le courant et assurer une immersion rapide de la nymphe. Conseil ; ajoutez un tiers de plus que la profondeur estimée pour placer votre indicateur de touche sur le leader.
Pas de faux lancers : pêchez court et précis en peignant la veine d'eau où vous localisez le gros des troupes. A grande distance, la nymphe devient incontrôlable. Ligne tendue, canne haute, index posé sur la queue de rat, maintenez le contact avec la nymphe qui dévale le courant et réagissez au moindre soupçon de touche.
Les nymphes ne travaillent efficacement qu'en amont, jusqu'à ce qu'elles passent à votre hauteur. Après, le courant les soulève du fond et elles sortent du champ visuel d'un hotu. A l'issue de cette dérive, le courant tendra votre montage vers l'aval : profitez de cette tension pour propulser à nouveau votre ligne vers l'amont. Si votre oeil n'a pas repéré un mouvement du poisson engamant la nymphe, c'est votre main qui percevra le toc mais l'indicateur reste bien utile pour sauver la situation quand, par inadvertance, un mou se crée dans la bannière.

Certains spécialistes montent deux nymphes sur le bas de ligne. La nymphe la plus lourde, fixée en pointe, traînera sur le fond en assurant " l'ancrage " dans le courant. La seconde, nouée sur une potence à 50 cm en amont, sera animée à petits coups de scion d'un mouvement de dandine réalisé au cours de la dérive. Un poisson fouilleur comme le hotu se jettera instinctivement sur toute proie quittant le fond : que ce soit une larve ou son imitation !

REPERER L’ADVERSAIRE

Si les bancs de hotus sont aisés à repérer – en broutant les algues sur les roches, ces poissons actifs se trahissent par l'éclat de leur robe argentée - ils sont par contre moins faciles à pêcher dans la discrétion car le banc alerté se déplace vite et oblige le pêcheur à se reposter sans se faire remarquer. A la touche, ferrez latéralement pour déplacer la nymphe vers le coin de la gueule fort coriace de ce poisson.