mouches.org

site d'un pêcheur à la mouche



Techniques de pêche

PREMIERE APPROCHE DE LA MOUCHE NOYEE...

par Yves GREGOIRE


  Technique adaptée aux conditions de pêche de l'ouverture (eaux fortes et plus ou moins piquées), la mouche noyée semble au premier abord être une pêche facile, recommandable aux moucheurs débutants.

S'il est vrai que les truites d'ouverture, peu méfiantes, font les frais de leur trop grand appétit, principalement dans les eaux mixtes où seule la mouche noyée ou sèche est tolérée, cette pêche est et demeure une technique à part entière, qu'il faut dominer totalement si l'on désire obtenir des résultats réguliers. Elle n'est pas plus difficile qu'une autre, mais elle se distingue fondamentalement de la sèche.

C'est une pêche différente dans son approche: un compromis entre la pêche au coup, le lancer léger et la mouche devrait-on dire, même si cette image choque les puristes : car en fait, le pêcheur à la mouche noyée ne cherche qu'à présenter, entre deux eaux, à proximité du fond ou de la surface, des imitations de larves émergentes et autres nymphes lestées ou non, leurres plus ou moins habilement manœuvrés et animés par quelques savantes tirettes sur la soie, dans le but de déclencher l'attaque de l'adversaire.

Le matériel classique se compose d'une canne en carbone - matériau tolérant les fautes bien normales du néophyte - de 9 pieds environ, d'action de pointe, conçue pour une soie n°6 à double fuseau. Préférez une poignée présentant un point d'appui pour le pouce, c'est important.
La plupart des soies flottantes conviennent pour nos rivières ardennaises de faible profondeur. A la rigueur, une Sinking Tip - les premiers mètres de la soie coulent - peut être utilisée dans les cours d'eau plus profonds : Lesse, Ourthe en régime mixte.
Moulinet tournant ou automatique ? C'est une question de choix et d'habitude. Les « chapeaux à plumes » éprouvent une sainte horreur à la vue d'un automatique, pourtant bien pratique et dont le poids élevé ne représente pas, selon moi, un défaut, car il équilibre parfaitement la canne et facilite son travail. Cela vaut bien les quelques grammes supplémentaires qui ne fatigueront pas outrageusement votre poignet.
Queue de rat - passée au détergent - simplifiée au maximum en descendant du 24 au 16/100 minimum, de longueur variable, en fonction des conditions de pêche du moment - profondeur, vitesse du courant etc... En moyenne, 2,5 à 4 m suffisent.

La législation belge tolère l'utilisation d'un maximum de trois mouches. Deux noyées seront montées en potence de 5 à 7 cm - il suffit de - laisser subsister au nœud une telle longueur lors du montage de la queue de rat, ce qui limite le nombre de nœuds et de points faibles - et la troisième en pointe, généralement lestée.

En l'absence de toute activité, il vous faudra pêcher l'eau. Pour cette raison, il est capital de déterminer rapidement la mouche qui prend ce jour-là. Un montage diversifié s'impose d'évidence. Par exemple, pour ce début de saison, une Olive à proximité de la surface, une Blue Dun entre deux eaux et enfin, une grosse nymphe noire agrémentée de fil d'argent ou une jaune orange, lestée en pointe, constitueront votre train de mouches. N'ayez crainte d'utiliser de grandes pointures, nous pêchons la truite et non l'ablette ; de plus, l'appétit de Salmo Trutta se situe à cette époque de l'année à l'échelle de tels leurres – hameçon n° 8 ou 10. Le train de mouches est lancé devant soi, légèrement en aval.

Tout au long de la lente dérive de la soie, et de la racine vers la berge, en aval, le pêcheur s'efforcera de résorber tout ventre pouvant se créer dans la soie sous l'action du courant, en relançant d'un mouvement vif du scion l'excédent de soie vers l'amont et en relevant la canne qui, lors du contrôle de la dérive, est tenue dans un axe de 45°, en angle droit par rapport à celui de la soie, de manière à maintenir constamment le contact avec le train de mouches et être prêt à réagir à la moindre attaque. Je dis bien réagir car, dans un tel schéma, le ferrage du poisson est quasi automatique : dès l'engamage de la mouche, le poisson se ferre sur l’inertie de la ligne tendue et de la soie emportée par le courant.

Un ferrage supplémentaire ne ferait qu'accroître les risques de casse, contentons-nous donc de maintenir la tension de la ligne et de brider le poisson qui aura tôt fait de s'appuyer sur le courant.

Point de faux lancer nécessaire pour pêcher en noyée. Chaque coup de ligne sera donc pêchant, il s'agit en effet de ratisser systématiquement un bief, mètre par mètre. Pas à pas, le pêcheur descendra vers l'aval en explorant à chaque coup une nouvelle tranche d'eau.
Mais il est bien rare que les truites du coin, si du moins le train de mouches est présenté de manière et à profondeur correctes, ne se trahissent pas en saisissant une noyée de votre train.

Dans de nombreuses circonstances, le pêcheur observera des touches en fin de course, directement en aval du poste de pêche : comme pour le vairon, c’est l’accélération ultime du leurre qui déclencher l’attaque de la truite circonspecte et la décidera à mordre. Insistez donc en fin de coulée et n'hésitez pas à récupérer votre soie en la lovant dans votre main, car une animation sur place peut parfaitement séduire une truite postée sous la berge ou dans un contre-courant.

La mouche sélectionnée et la profondeur de celle-ci dans l'épaisseur de l'eau - sa position sur le train de mouches - vous fourniront déjà de précieux renseignements sur le régime alimentaire de Fario et sa position sur son poste de chasse. En règle générale, les tons gris-bleu, gris-brun, rouge, bordeaux, noir cerclé d'or ou d'argent sont excellents par eau forte et temps couvert. A l'approche des beaux jours, nous proposerons des coloris plus vifs en réduisant sensiblement la taille des mouches noyées utilisées – hameçon n°12.

Tôt ou tard, vous finirez par sélectionner les quelques mouches indispensables sur votre parcours, leurres dans lesquels vous placerez toute votre confiance et il en faut souvent, quand la rivière est fort battue, pour ratisser pour la énième fois un poste et décider une truite boudeuse à passer à l'attaque.